Nos conseils

Nos Conseils

Pour cultiver avec succès et faire fleurir les plantes alpines, il faut tenir compte de leurs exigences particulières.
Dans leur milieu naturel, tout l’hiver, elles sont recouvertes d’une couche de neige qui les protège des basses températures, du vent desséchant, et surtout de l’humidité.
Pendant leur période de croissance, elles disposent à volonté d’eau de fonte riche en sels minéraux qu’elles puisent à l’aide de longues racines.
Les rochers qui les entourent empêchent un réchauffement excessif du sol et un dessèchement des racines. Par temps sec, ces mêmes rochers favorisent la condensation nocturne de l’humidité de l’air.

En culture, les plantes alpines s’adaptent plus ou moins aux conditions de la plaine : absence de couche hivernale isolante, alternance de gel-dégel, forte humidité hivernale, températures estivales parfois trop élevées.

Quel que soit le sol de départ, le plus important est d’obtenir un excellent drainage.
On y parvient en ajoutant au substrat de culture une importante quantité de gravier, gravillon (le fameux « grit » des Anglais), de sable grossier (jusqu’à 50% du mélange). De l’humus sous forme de terreau peut être utile pour conserver un peu d’humidité dans le sol en été et améliorer la structure du sol.

Il est aussi important d’installer un paillage du sol : recouvrir le sol d’une couche de gravillon de 2 cm à 3 cm d’épaisseur, afin d’empêcher un réchauffement excessif du sol et un dessèchement trop rapide en été.
On peut aussi disposer des pierres de même nature que l’enrochement aux pieds des végétaux.
Certaines plantes apprécient grandement d’avoir le collet entouré de graviers, surtout en hiver.

Rappelez-vous cet adage : « une plante alpine aime avoir la tête au soleil et les pieds au frais ».

Quelques réalisations possibles